POURQUOI Q+ ?

0 1 mois déjà
Partager:
Tout d’abord, merci de t’intéresser à Q+,

Je me permets de te tutoyer car, quelque soit ton âge, nous sommes ici parce que tous concernés, d’une manière ou d’une autre, par les problèmes que pose le vieillissement.  En particulier par ce regard dévalorisant nommé âgisme, que j’appelle (peut-être un peu abusivement) « Le dernier racisme ayant pignon sur rue ». Plus on avance en âge plus on compte à peu près autant qu’une vieille serpillère.
Or, sais-tu que depuis 2015, les seniors de 50 ans et plus assurent plus de la moitié des dépenses (52 %) de la consommation en France ? (INSEE, enquête Budget des familles, calculs CRÉDOC) :

Tu vois, on est un rouage essentiel de notre économie! Pourtant, on a bien compris à la faveur de la crise Covid que nous venons de traverser, que nous ne sommes pas exactement la 1ère préoccupation des pouvoirs publics.
Pour obtenir un changement des mentalités, nous ne pouvons compter que sur nous. 

Si nous voulons œuvrer utilement pour que cela cesse ( ou tout du moins s’arrange) il nous faut d’une part bien disséquer les tenants et aboutissants de l’ostracisme que nous subissons et d’autre part être assez « forts » pour imposer un changement.
C’est un peu le but de Q+.
Vous informer, vous faire prendre conscience que vous n’êtes pas une vieille serpillère et vous donner envie de vous regrouper, en dehors de toutes tendances politiques, avec comme unique critère la défense des 50 ans et +.
Le jour ou nous serons 40 000 nous pourrons entamer quelque chose. Mais pour le moment, nous ne sommes que 4000.
Alors un petit effort, chacun recrute 10 amis et hop! A l’attaque! 😀

Parce que…

Par exemple comment faire comprendre aux plus jeunes qu’ils ne sont pas du tout à l’abri de l’âgisme?

Car que peut-il leur arriver de mieux que d’atteindre l’âge fatidique de la vieille serpillère?
Et en attendant, qu’ils ne se croient pas à l’abri! Même les Quadras sont touchés par la discrimination par l’âge…
En effet, dans certains domaines, cette dépréciation commence très tôt. Le monde de l’entreprise n’est pas tendre envers ses aînés. En témoigne cette frontière invisible qui considère tout salarié comme senior dès… 45 ans ! Une aberration alors que la société vieillit et que l’on aura bientôt une majorité de travailleurs âgés de 50 ans et plus !
Cet article explique très bien le phénomène et surtout en quoi il est devenu absurde de faire des Seniors une catégorie à part car la démographie va, qu’on le veuille ou non, nous obliger à repenser notre rapport à l’âge. »

Le lundi 16 mars 2020, Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, évoquait sur France Inter l’hypothèse de tris de patients en service de réanimation en en parlant au conditionnel, comme d’un éventuel drame : « Ce serait catastrophique qu’on en arrive à trier des personnes, nos proches, en disant on ne peut plus prendre cette personne en réanimation parce qu’il n’y a plus de place »
Et catastrophique ce le fut !
Cet article de Marianne intitulé “Des personnes âgées auraient probablement pu être sauvées” : le refus d’hospitalisation de résidents d’Ehpad, dernier tabou du Covid rend parfaitement et malheureusement compte de ce qu’a été la situation. 
(Pour prouver ses dires, Marianne dit avoir en sa possession un document qui émane de l’équipe de l’hôpital de Longjumeau en Essonne, montrant qu’au plus fort de la crise, l’unique donnée de l’âge a pu être déterminante, plus particulièrement concernant les services de réanimation.)
Force est de constater que le Journal n’a pas été attaqué pour cette publication…

Le drame couvait depuis un  moment d’ailleurs. Au mois de Janvier déjà, Agnès Hartemann, chef du service diabétologie de la Pitié-Salpêtrière était l’une des 1200 médecins qui ont choisi de démissionner de leurs responsabilités administratives pour alerter sur le manque tragique de moyens à l’hôpital public.

A cette occasion, elle faisait une courte déclaration sur la triste réalité de l’hôpital public à travers un témoignage édifiant, ému et très émouvant que je vous recommande de regarder.

Et puis le 26 Mai, j’ai lu « 56 Témoignages sur le Tri » accompagnés de ce terrible document émanant de l’hôpital de Perpignan, classant les patients à sauver en “morts acceptables” ou “morts inacceptables” (Pour mieux le lire, il suffit de cliquer dessus)

Il y a bien sûr une logique d’efficacité à ce genre de consignes. Que je comprends : puisque nous n’avons pas assez de places pour sauver tout le monde, essayons de sauver les plus sauvables. Mais la voir « noir sur blanc », avec en prime des jolies « patates » pour bien se faire comprendre… Brrr
Et Brrr les témoignages, poignants toujours, révoltants souvent de l’article qui commence par « Des centaines, peut-être des milliers de personnes sont mortes sans la moindre prise en charge médicale thérapeutique et réanimatoire, refusées des hôpitaux et des services de réanimation saturés, en Ephad et à domicile. Ce tri s’est fait, dans la Région Parisienne et le Grand Est notamment, aux mois de mars et avril 2020, sur recommandations de l’Ars Île-de-France, à la demande du gouvernement, sur des bases âgistes »
Et d’autant plus Brrr qu’on comprend finalement que ce sont non seulement les services de réanimation de certains hôpitaux qui ont été fermés aux plus âgés, mais même ces hôpitaux tout courts !

D’ailleurs, emblématique d’une forme d’aveuglement français, il a fallu attendre le 2 avril pour que les décès dans les Ehpad soient pris en compte… Révélateur non? 😡

Voilà. Tu en sais un peu plus sur les raisons qui m’ont donné envie de créer cette plateforme.

Parce que « La vie est brève mais le désir sans fin »

 

Jean-Paul Lilienfeld
(Le garçon dans le rond)

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
Powered by Social Snap